Sidebar

19
Sam, Oct

Lotissements tous azimuts/Le préfet de Yamoussoukro dénonce le bradage des terres

Economie
Typographie

 Le tourisme continue de jouer son rôle de moteur de l’économie locale.


La capitale politique et administrative ivoirienne compte à ce jour, 166 hôtels pour 4517 chambres ; avec la construction de 60 nouveaux hôtels ces sept (07) dernières années. En ce qui concerne la restauration, Yamoussoukro abrite 340 entreprises. Le secteur touristique local a créé 800 emplois directs et 1500 emplois indirects.
Quant à la Basilique Notre Dame de la Paix, elle s’affiche comme le fleuron de l’industrie touristique locale, car elle accueille annuellement près de 214 000 visiteurs, en provenance de toutes les régions du monde.
Ces chiffres ont été donnés, le 07 août dernier, à Yamoussoukro, par Brou Kouamé, préfet de la Région des Lacs, préfet du département de Yamoussoukro, lors des festivités marquant le 59è anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire.

Plusieurs facteurs expliquent, selon lui, ce ‘’regain de la vitalité’’ du tourisme local. Il s’agit de l’autoroute du nord, réhabilité, qui permet de relier aisément la capitale économique, Abidjan, à la capitale politique ; soit 240 km, en moins de 2h. le gouverneur ajoute aussi l’augmentation de la capacité d’accueil avec la construction de 60 nouveaux hôtels depuis 2012 ; sans oublier le flux de plus en plus croissant de visiteurs et de touristes.
Mais, soutient-il, le gouvernement compte booster davantage ce secteur en mettant à exécution, le plan stratégique de développement national du tourisme dénommé ‘’Sublime Côte d’Ivoire’’ dont fait partie le ‘’Triangle d’or’’, constitué par la Réserve de faune d’Abokouamékro, l’hôtel Président de Yamoussoukro et l’aménagement des berges du lac Kossou.

Brou Kouamé estime que le développement touristique local sera conforté par la réalisation de grands projets structurants annoncés par le gouvernement ivoirien ; notamment le projet du pôle agro-industriel dans la Région du Bélier et le District autonome de Yamoussoukro (2PAI-Bélier), démarré en 2017, qui enregistre à ce jour, plus de 20%  de réalisation de ses objectifs. A cela il ajoute l’aménagement de la zone industrielle, avec la signature, le 30 avril dernier, du protocole d’accord cédant définitivement 250 ha de terre à l’Etat pour le développement de ladite zone. Il a d’ailleurs informé que sur 31 demandes d’agrément sollicitées par les entreprises industrielles, 12 autorisations d’installation ont été accordées par le ministère en charge de l’industrie.

Au nombre des entreprises agréées, il s’agit de 06 unités agro-industrielles spécialisées dans la transformation de noix de cajou dont 04 sont fonctionnelles, selon le préfet de Yamoussoukro.
Le préfet des Lacs ne passe pas sous silence les ‘’nombreux défis’’ qui attendent d’être relevés par le département et qui risque d’impacter négativement son développement. Et de citer le non-respect des us et coutumes dans la désignation des chefs de villages ; le bradage des terres consécutif aux lotissements tous azimuts, sans rapport avec les besoins réels d’extension de la ville de Yamoussoukro ; l’orpaillage clandestin favorisé par les détenteurs coutumiers ; sans oublier l’incivisme des populations caractérisé par l’occupation anarchique du domaine public et l’insalubrité ‘’criante’’.

Jean Michael