Sidebar

15
Mar, Oct

Orpaillage clandestin/La prostitution, la drogue, le trafic d’êtres humains, ses dérivés

Economie
Typographie

C’est en pleine ville que les orpailleurs font le traitement de l’extraction minière avec du cyanure, fait remarquer le préfet par intérim de Daoukro.


Tanrah Doh Jacob, préfet par intérim de Daoukro, a appelé, le mercredi 7 août 2019, à la place Henri Konan Bédié, lors de la célébration du 59è anniversaire de l’indépendance, toutes les forces vives à conjuguer leurs efforts pour mettre fin à l’orpaillage clandestin. « Il nous faut tous mutualiser nos efforts pour éradiquer l’orpaillage clandestin dans le département de Daoukro. Évitons donc d’être complices. C’est à ce prix que nous parviendrons pour ceux qui le désirent, à faire de l’extraction minière une activité économique susceptible de diversifier l’économie locale », a-t-il appelé. Ajoutant : « grande a été notre stupéfaction de constater que c’est en pleine ville que les orpailleurs font leur traitement avec du cyanure exposant du coup les populations au danger mortel de ce produit hautement toxique et dangereux ». « Croyez-moi, ils ne s’en sortiront pas. Les résultats des déguerpissements se quantifient par l’enlèvement des produits miniers frauduleux principalement le minerai d’or d’une quantité équivalente à 10 grands conteneurs et de nombreux engins à deux roues saisis, des générateurs, des concasseurs, des poulies et même de grandes machines de fouille dotées de godets appelées poclins.

Dans cet élan, des instructions fermes ont été données à l’unité spéciale de lutte contre le trafic de drogue et autres stupéfiants qui a mené des actions vigoureuses sur le terrain de poursuivre son action pour freiner le phénomène de la prostitution, de la consommation de stupéfiants, du trafic d’êtres humains et autres pratiques portant atteinte à la morale publique qui accompagnent l’orpaillage clandestin », a dit le préfet par intérim.                                                                                                  Qui n’a pas manqué de toucher d’autres problèmes notamment : la sécurisation foncière, l’emploi des jeunes, le civisme. Il a invité les populations au respect du code de la route et des mesures de sécurité routière. Il est revenu sur le climat de méfiance entre les forces de défense et de sécurité et la population à la suite des crises successives qu’a vécues la Côte d’Ivoire et la nécessité de rétablir et consolider le lien armée-nation et la confiance entre les forces de sécurité et la population. Avant de demander à ses administrés de faire preuve de  responsabilité, de civisme, de  discipline et de retenue pour des élections apaisées.

Ahou Valérie