11
Mer, Déc

Economie

Les stocks mondiaux se trouvent dans les pays consommateurs et offre des marges de manœuvres réduites à la Côte d’Ivoire et au Ghana.

Dans son adresse à la Conférence du ‘’ G20 Compact With Africa ’’, qui a réuni douze chefs d’Etats africains autour de la Chancelière de la République Fédérale d’Allemagne Angela Merkel, à Berlin, Alassane Ouattara, le Président de la Côte d’Ivoire, a plaidé pour le développement d’un commerce équitable pour les matières premières et les produits manufacturés, afin de permettre aux producteurs et à aux Etats africains d’obtenir une part raisonnable de la commercialisation de ces produits.
L’objectif de la Côte d’Ivoire, a-t-il indiqué, est de passer du statut de grand producteur mondial de matières premières à celui d’exportateur de produits transformés et manufacturés. Cette amélioration, si elle est réalisée, permettra aux populations et pays africains, à l’en croire, de solliciter moins l’aide extérieure.

C’est pourquoi il souhaite une ‘’confiance mutuelle’’ pour des financements innovants qui permettraient des partenariats bénéfiques entre les pays. Rappelons qu’en Côte d’Ivoire, 1er pays producteur de cacao, le prix minimum garanti pour la campagne 2019/2020 pour le cacao est de 825 Fcfa et de 700 Fcfa pour le café. Sur le premier mois de la nouvelle campagne 2019/2020, le mois d'octobre, 47 000 tonnes de fèves ont été broyées chez le n°1 mondial du cacao, soit 4,4% de plus qu'en octobre 2018, a indiqué lundi dernier, l'association des exportateurs Gepex. Il faut souligner que les systèmes de commercialisation varient en fonction du pays et les prix d’achat des produits avec. Au niveau du Cacao par exemple, les stocks mondiaux se trouvent dans les pays consommateurs et offre des marges de manœuvres réduites à la Côte d’Ivoire et au Ghana, les pays producteurs leaders qui font à eux deux plus de 60% de la production mondiale. Ce qui a amené ces deux pays à entrevoir depuis le mois de juillet dernier, d’imposer un différentiel de revenu décent (Drd) sous forme de surtaxe de 400 dollars (366 euros) par tonne pour la campagne 2020-2021, qui s’ouvrira en octobre 2020.

                                 Franck TAGOUYA
Source : note la présidence