30
Lun, Mar

Economie

Aucune défaillance n’a été constatée et l’extinction a été faite ‘’dans les délais raisonnables’’.


Gestoci Yamoussoukro veut savoir si son dispositif de lutte contre les incendies marche à merveille en cas de sinistre. Il a donc fait une simulation le mercredi 04 décembre 2019 sur ses installations, route de Bouaflé. A 9h10 mn, les services de Gestoci ont été alertés de l’existence d’un feu sur ses installations de Yamoussoukro. Cette situation a déclenché le plan opérationnel interne (Poi), comme l’exige le protocole de sécurité de ce pipeline. Le périmètre a été bouclé et le personnel non essentiel a été évacué, selon un 1er communiqué de presse. Lequel communiqué appelle les populations au calme et à la sérénité. Après 1h10 mn, les équipes de Gestoci appuyés d’autres partenaires dont le Groupement des Sapeurs-pompiers militaires (Gspm), la Garde républicaine, le Samu, la Sodexam, la police, la gendarmerie et le Ciapol, sont arrivés à bout du sinistre. Aucune perte en vie humaine n’est à déplorer, selon le communiqué final. Toutefois, deux blessés ont été enregistrés même s’ils sont hors de danger. Ils ont été évacués au Chr de Yamoussoukro.


En dehors du Bac R6 (qui contient du super) qui a subi le sinistre, toutes les autres installations n’ont pas été affectées selon le communiqué final remis à la presse. Gestoci appelle ses partenaires pour ‘’une reprise incessante’’ de ses activités. Des enquêtes seront ouvertes pour déterminer les causes de ce sinistre afin de ‘’situer les responsabilités’’.La direction générale de Gestoci ‘’remercie et rend hommage à toutes les équipes de secours pour leur courage et leur sens élevé de la responsabilité’’.
Cette simulation annuelle a pour objectifs, selon Dramé Alpha, Directeur régional de Gestoci Yamoussoukro, d’évaluer la capacité de réaction et d’analyse de ses agents face à un sinistre. Sans oublier la coordination des forces-partenaires de Gestoci.
A l’en croire, tout s’est bien passé avec une bonne capacité de réaction des équipes. Aucune défaillance n’a été constatée et l’extinction a été faite ‘’dans les délais raisonnables’’, soutient-il.

Jean Michael