09
Lun, Déc

Politique

Cette compétition régionale, placée sous l'égide de la Fimada et du Conseil régional du Bélier, enregistrera également la participation d'anciens footballeurs internationaux ivoiriens tels Ben Badi, Kalou Bonaventure, Kader Kéïta, Amara Diané, etc. Ce sera une belle fête sportive à ne pas rater.


Vous voulez organiser, les jours à venir un événementiel à Toumodi. Pouvez-vous nous en dire plus ?
Nous avons initié depuis quelques temps, une série d'activités de proximité pour renforcer la cohésion sociale et apporter un bien être aux populations de Toumodi. Dans cette optique, en marge de la célébration de la fête nationale d'indépendance de notre pays, nous organisons, le samedi 4 août 2018 au Lycée Camille Alliali de Toumodi, la première édition du Tournoi de maracana denommé "Les 48 heures du Bélier" doté de la coupe "Laurent Pokou". A travers de telles initiatives, nous voulons aussi célébrer et rendre hommage aux bâtisseurs et pionniers de la Région de Toumodi, qui de par leurs œuvres  et actions, ont contribué à son rayonnement national et international.  Cette compétition régionale, placée sous l'égide de la Fimada et du Conseil Régional du Bélier, regroupera 10 équipes provenant de Toumodi, Djékanou, Yamoussoukro, Bouaké et Abidjan, enregistrera également la participation d'anciens footballeurs internationaux ivoiriens tels Ben Badi, Kalou Bonaventure, Kader Kéïta, Amara Diané, etc. Ce sera une belle fête sportive à ne pas rater.
 
A l'appel de vos parents vous vous préparer à être candidat à la mairie de cette localité. Quels sont vos atouts et que comptez-vous faire pour Toumodi ?
 
L'élection municipale constitue pour nous, le défi du développement communautaire et local qu'il faut relever. A ce titre, c'est l'esprit et le travail d'équipe qui doivent être privilégiés. Sur la base d'un programme de gouvernance réaliste et réalisable, tenant compte des attentes et des besoins réels des populations, mon équipe et moi, entendons-nous mettre pleinement au service de Toumodi. C'est donc avec une équipe représentative des fils et filles de Toumodi, toutes couches confondues, ensemble que nous entendons porter ce challenge. Pour ce faire, la qualité de nos ressources humaines, la mutualisation et la synergie de nos intelligences et expériences en matière de gestion collective, notre dynamisme, notre jeunesse, notre engagement et notre disponibilité constituent nos atouts majeurs. Enfin, il y a le parrainage de notre Parti, le Pdci-Rda que nous avons sollicité en tant que militant.
 
Le gouvernement vient de fixer la date du 13 octobre pour les élections. N'est-ce pas un peu court ?
 
A partir du moment où l'annonce des élections locales (mairie et conseil régional) a été faite par le Chef de l'Etat lors de son adresse à la Nation en fin d'année 2017, on aura eu 9 mois pour préparer cette échéance qui doit se tenir avant la fin de l'année 2018. Tenant compte de ce timing, chaque candidat déclaré se gouverne en conséquence.
 
Quel est le message fort que vous lancez aux jeunes et aux femmes ?
 
Aucune ville ne peut se construire, se bâtir, se développer si les femmes ne prennent pas la place qui leur revient. Depuis les temps immémoriaux, la place des femmes est toujours au cœur  des instances de décisions. Il est donc de leur devoir d'accompagner l'évolution sociale profonde que nous souhaitons et qui, à mes yeux, donnerait davantage de légitimité à leur rôle si déterminant dans la construction de la cité. En ce qui concerne les jeunes, je voudrais les exhorter à nous engager dans le défi du changement générationnel. Notre génération se doit de travailler quotidiennement afin de corriger tous les dysfonctionnements qui sont constatés dans la gestion de notre commune; Notre génération doit contribuer à la réconciliation de toutes les couches sociales; Notre génération doit se donner les moyens de permettre un développement inclusif impliquant tout le monde; Notre génération se doit de faire revenir tous ceux qui ne veulent plus s'impliquer pour quelles ques raisons que ce soient; Notre génération a cette lourde tâche de construire et de laisser en héritage, comme l'ont fait nos devanciers, un havre de paix, une cité d'hospitalité et de fraternité, soutenue par une politique socio-économique basée sur l'auto-emploi et l'entreprenariat jeunes.
 

Interview réalisée par Jean Michael