Sidebar

19
Sam, Oct

Mme Valérie Yapo Adaï (Déléguée Pdci d’Akoupé) : ‘’un vrai Akyé ne peut pas être Rhdp, unifié’’

Politique
Typographie

Bédié soutient que rien ne peut être bouclé sans le Pdci-Rda et que pour ce faire, il faut réformer de fond en comble, la Cei et le Conseil constitutionnel.


Les cadres et militants du Pdci-Rda de la délégation communale d’Akoupé, étaient, vendredi 22 février 2019, les hôtes d’Henri Konan Bédié, président de ce parti, à Daoukro. Expliquant les raisons de cette visite, Mme Valérie Yayo Adaï, membre du Bureau politique du Pdci-Rda, déléguée communale et Chef de délégation, a déclaré : ‘’Nous sommes venus vous saluer pour vous marquer notre soutien, pour la mise en place de la plateforme de la paix et de la réconciliation, saluée par tous les Ivoiriens épris de paix, dans le droit fil du père fondateur, Félix Houphouët-Boigny, dont vous êtes le digne successeur, le véritable héritier politique et testamentaire. Le défilé des acteurs politiques, d’éminentes personnalités de notre pays et des acteurs significatifs de la société civile à Daoukro, depuis des mois, prouve bien, que vous êtes dans la révélation (pour parler comme les hommes de Dieu). Vous avez encore une fois, eu raison trop tôt. Comme ce fut le cas quand il s’est agi de tout pardonner pour mettre en place le RHDP, en 2005.

Ce qui a permis à la Côte d’Ivoire d’avoir 10 ans de paix.’’ Sur les difficultés rencontrées sur le terrain, le 1er responsable politique du Pdci dans cette commune, naguère acquise au Front populaire ivoirien (Fpi), rassure le président de son parti : ‘’nous sommes en ordre de bataille pour les défis actuels et à venir pour le triomphe de notre parti dans notre Région, prise en tenaille, par ceux que vous avez façonnés, nourris, blanchis et enrichis, mais qui se retournent aujourd’hui contre vous et contre notre parti, pour cracher leur venin’’, ajoutant : ‘’un vrai Akyé ne peut pas être un militant du Rhdp (Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix), unifié’’. Déplorant, au passage, les menaces de ses militants par des cadres Rhdp unifié de la Région.  Pour elle, le président Bédié peut compter sur la Région Akyé pour la reconquête du pouvoir en 2020, d’autant que le Fpi et Laurent Gbagbo sont pour la plateforme que compte mettre en place Henri Konan Bédié ; laquelle doit rassembler tous les acteurs politiques et les membres de la société civile, épris de paix et favorables à la réconciliation nationale.
La secrétaire exécutive chargée des organisations professionnelles et des jeunes, a souhaité, en outre, à Bédié, que ‘’2019 soit l’année du couronnement de [ses] immenses efforts pour la paix définitive dans notre pays ; efforts gigantesques qui [lui font] avaler des couleuvres depuis le funeste coup d’Etat de décembre 1999’’.

Valérie Yapo a voulu également témoigner devant ses parents, de ‘’l’affection et de toutes les sollicitudes’’ dont elle bénéficie, au quotidien, auprès de Bédié et de son épouse, ‘’notre maman à tous’’. Enfin, elle a réitéré, sa ‘’détermination à œuvrer, ensemble, avec tous les militants, pour un Pdci fort, encore plus engagé et triomphant’’.
Répondant aux propos de Valérie Yapo, Henri Konan Bédié a félicité les cadres et militants d’Akoupé de son parti, d’être venus le soutenir et lui témoigner leur reconnaissance pour toutes ses actions en faveur de la paix définitive en Côte d’Ivoire ; expliquant que son amitié avec le peuple Akyé date de ses années collèges. Il les a encouragés dans le suivi de la feuille de route remise aux instances de son parti ; notamment celles d’Akoupé, pour la paix et la réconciliation et pour le triomphe de Pdci-Rda, en 2020. Contrairement aux déclarations de ses adversaires politiques qui pensent que tout est bouclé, le président du Pdci soutient, lui, que rien ne peut être bouclé sans le Pdci-Rda et que pour ce faire, il ‘’faut réformer de fond en comble, la Commission électorale indépendante (Cei) et le Conseil constitutionnel, pendant qu’il rejette catégoriquement les parrainages des candidats en vue de la présidentielle à venir.’’

Abdoulaye Koné