11
Mer, Déc

Politique

‘’Le rapport sur l’exécution du Budget 2018 et le projet de Budget 2020 de l’Assemblée nationale ne nous ont pas été soumis comme l’exige l’Article 148 de notre Règlement’’, déclare Kakou Guikahué.


Les Groupes parlementaires de l’opposition, Pdci-Rda, Rassemblement et Vox Populi, se sont retrouvés, lundi 11 novembre 2019, à la Maison du Pdci-Rda, à Abidjan-cocody dans le cadre d’un séminaire de formation de l’opposition parlementaire sur le thème : ‘’examen du projet de loi de finances portant Budget de l’Etat pour l’année 2020’’. Ci-dessous la déclaration du Pr. Maurice Kakou Guikahué, président du Groupe parlementaire Pdci-Rda.

Mesdames et Messieurs.
Je voudrais vous adresser mes sincères remerciements pour votre participation massive à ce séminaire de formation que nous organisons à quelques jours de l’examen du projet de loi de Finances portant budget de l’Etat pour l’année 2020.
Mes remerciements particuliers vont à l’endroit des membres des Groupes parlementaires Rassemblement et Vox Populi qui ont marqué avec promptitude leur accord pour participer à cette session de formation avec leurs collègues du Groupe parlementaire Pdci-Rda.
En votre nom à tous, je salue la présence du Pr BOYE, chercheur à la cellule d’analyse des politiques économiques du Cires, qui a accepté de renforcer nos capacités dans le domaine de l’examen de la Loi de finances.

Mesdames et Messieurs
Le séminaire de ce jour revêt à mes yeux plusieurs intérêts tant au regard du thème à aborder qu’au niveau des participants.
S’agissant du thème, vous n’êtes pas sans savoir que notre pays va basculer dans le système de budget-programme imposé par le nouveau cadre harmonisé des finances publiques à partir du 1er Janvier 2020 tel que déterminé par les directives communautaires de l’Uemoa.
Il nous souviendra que dans le cadre de l’élaboration de ce budget-programme, un débat d’orientation budgétaire (DOB) a été organisé le jeudi 27 juin 2019 à l’Assemblée nationale marquant ainsi, la première étape de ce basculement. Actuellement, l’Assemblée nationale est saisie d’un projet de loi de finances portant budget de l’Etat pour l’année 2020 présenté sous la forme d’un Budget-programme.
Ce projet sera examiné par la Commission des Affaires Economiques Financières les 19, 20 et 21 novembre 2019 avant d’être soumis à la plénière du 28 novembre 2019.
Le Budget-programme sera donc une réalité à partir de 2020.

En raison des spécificités de ce budget qui est fondé sur la méthode de la Gestion Axée sur les Résultats (GAR) et la programmation pluriannuelle, il était important que nos capacités soient renforcées en la matière pour une meilleure participation aux travaux parlementaires.
En outre, le projet de budget 2020 intervient à un an de la fin du mandat du Président de la République actuel. C’est dire qu’il sera le dernier budget de ce régime.
Le budget n’étant que la traduction économique et financière du programme gouvernemental, il nous faut, nous Députés de l’opposition, examiner soigneusement ce projet de budget 2020 pour mettre à nu toutes les promesses non tenues par ce régime et surtout son incapacité à conduire la Côte d’Ivoire vers son développement. A cet égard, un accent particulier sera mis sur l’inefficacité du programme social du Gouvernement, la course effrénée à l’endettement, la déstabilisation des filières agricoles, le népotisme et le clientélisme dans l’accès aux emplois publics et bien d’autres tares de ce régime.
Je sais pouvoir compter sur la contribution personnelle de chacun de nous au regard de nos expériences professionnelles denses et de notre parfaite connaissance des affaires publiques.

Mesdames et Messieurs
Pour moi, l’intérêt le plus important de ce séminaire est d’ordre politique. Comme vous pouvez le constater en effet, les participants à ce séminaire sont tous membres de l’opposition parlementaire, issus des Groupes parlementaires VOX POPULI, RASSEMBLEMENT et PDCI-RDA. N’eut été des contraintes de calendrier, les membres du Groupe parlementaire PDCI-RDA au Sénat seraient avec nous. Ils m’ont chargé de vous exprimer leur disponibilité à œuvrer avec les Députés de l’opposition pour gagner la bataille d’opinion au sein du Parlement.

En tant que Députés de l’opposition, nous avons déjà eu à entreprendre plusieurs actions depuis la contestation de l’élection du Président de l’Assemblée nationale jusqu’à la dénonciation du Bureau illégalement constitué de notre Institution.
Notre cohésion s’est surtout affirmée à l’occasion de l’adoption de la loi portant recomposition de la Commission Electorale Indépendante et des recours juridictionnels contre cette loi que nous avons portés, ensemble, devant les juridictions ivoiriennes et africaines.
Par ailleurs, au moment où notre Institution doit examiner le projet de loi de Règlement du budget 2018 et le projet de loi de finances portant budget de l’Etat pour l’année 2020, il nous a été donné de constater que le rapport sur l’exécution du Budget 2018 et le projet de Budget 2020 de l’Assemblée nationale ne nous ont pas été soumis comme l’exige l’Article 148 de notre Règlement. Les trois groupes parlementaires de l’opposition ont donc saisi, le vendredi 08 novembre 2019, le Président de l’Assemblée nationale, d’une requête conjointe aux fins d’exiger des Questeurs, la production de ces documents, au risque de compromettre l’examen des lois de finances.

C’est cette cohésion qu’il nous faut maintenir et renforcer jusqu’à l’élection présidentielle de 2020. Nous avons besoin d’être unis face à la majorité mécanique de nos adversaires.
A cette fin, nous devons de plus en plus, examiner les textes ensemble, produire des déclarations communes sur les projets de loi et voter dans la même direction. Il nous faut renforcer les actions de notre intergroupe parlementaire dans le respect de l’identité des différents groupes parlementaires que nous avons constitués.

Mesdames et Messieurs
C’est sur cette note d’espérance que je déclare ouvert, le séminaire de formation de l’opposition parlementaire sur le thème : « Examen du projet de loi de finances portant budget de l’Etat pour l’année 2020».
 
Je vous remercie pour votre aimable attention.

Fait à Abidjan, le 11 novembre 2019

Pr. Maurice KAKOU GUIKAHUE