30
Lun, Mar

Albert François Amichia, ministre ivoirien de la Ville.

Politique

La ville ivoirienne de demain devra être une ville productive, inclusive, planifiée, écologique, résiliente, sûre et saine.


Le Conseil des ministres du 19 février 2020 a adopté une communication relative à l’adoption de la Politique nationale de la ville. Celle-ci vise à répondre durablement au défi d’une urbanisation maîtrisée, à travers des réponses concertées, novatrices et prospectives. Plus spécifiquement, le communiqué du Conseil des ministres précise que le document de Politique nationale de la ville organise le cadre normatif global des villes ivoiriennes à l’horizon 2030, ainsi que les conditions d’une mise en œuvre adaptées aux spécificités du pays. Ce document de stratégie est élaboré autour de trois (03) axes majeurs, à savoir le renforcement de la gouvernance en faveur de la ville, la promotion de villes productives, inclusives, intelligentes, vertes et résilientes, et le renforcement des capacités et des savoirs des gestionnaires urbains. A cet effet, il fixe les éléments structurants de la stratégie nationale, détermine les moyens financiers et humains à déployer et précise les modalités de suivi-évaluation.


Lors d’un séminaire international sur la formulation de la Politique nationale de la ville en Côte d’Ivoire, le 12 juin 2019 à Abidjan, le ministre de la Ville, Albert François Amichia, a expliqué que la vision du gouvernement de la ville ivoirienne est fondée sur le développement durable,  avec des villes attractives et sûres pour les populations qu’elles abritent et qui les font vivre. De façon spécifique, a soutenu le maire de Treichville, la ville ivoirienne de demain devra être une ville productive, inclusive, planifiée, écologique, résiliente, sûre et saine. Ce séminaire a porté sur le thème : ‘’Construire ensemble la ville ivoirienne de demain », vise à proposer un document de référence d’une politique nationale de la ville en Côte d’Ivoire. La Côte d’Ivoire qui connait un taux d’urbanisation avoisinant les 50%, à ce jour, à en croire le ministre ivoirien de la Ville, avec une projection estimée à plus de 60% en 2030, doit aujourd’hui, plus que jamais, faire face aux vulnérabilités inhérentes à l’urbanisation subie et parfois mal maîtrisée. Car les défis sont nombreux et ont pour noms : changement climatique, migrations, sécurité, inclusion sociale, emploi, égalité hommes-femmes, formation des jeunes, mobilité, insalubrité…

Clémentine Touré