09
Lun, Déc

Société

‘’Vous êtes une icône dans ce pays. Votre disponibilité et votre grande humilité n’ont jamais fait défaut. Merci Monsieur le Président d’être un bon père pour nous’’, Martial Ahipeaud, président des anciens de la Fesci, s’adressé au président Bédié, le 20 février à Daoukro.


Ils sont nombreux, ceux des Ivoiriens, à lire les réactions sur les réseaux sociaux, qui pensaient à un ‘’fake news (fausses informations), quand ils ont reçu les 1ers posts de la rencontre, à Daoukro, le 20 février 2019, entre les anciens militants de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci,) conduits par son 1er secrétaire général, Joseph Martial Ahipeaud, Eugène Kouadio Djué, Atébi Williams, Konaté Navigué etc. Ils ont effectué, nombreux, le déplacement, pour ‘’demander pardon, pour tous les désagréments à vous causés, pendant les années chaudes du multipartisme.’’ Au nom des siens, Martial Ahipeaud a confessé : ‘’ je dois l’avouer, c’est le retour des enfants prodiges, car je le reconnais, nous avons été parfois difficiles à gérer et têtus. Nos visions étaient divergentes. Alors que vous vous battiez pour construire le pays, nous, nous revendiquions, par des manifestations qui, ont fait du tort aux Ivoiriens…Nous demandons donc pardon à la grande famille du Pdci-Rda et à la Côte d’Ivoire’’.


En bon père de famille, l’ancien Président de la République a accordé son pardon et celui de la Nation. Ne dit-on pas qu’une faute avouée est à moitié pardonnée ?
Aux anciens Fescistes regroupés au sein de l’Una-Fesci et aux nouvelles générations de ce syndicat créé dans les années 1990, Henri Konan Bédié a eu ces paroles fortes : ''On ne reste pas toujours jeune. On ne reste pas toujours enfant. Si l'on a été révolutionnaire avant 40 ans, à 40 ans on fait le bilan. À 40 ans, on mesure le chemin qu’on a parcouru. Mais votre bilan, je crois, quelles que soient les incompréhensions ou les maladresses, votre bilan, vous le percevez aujourd’hui à travers ce que vous êtes devenus : des cadres de tous les secteurs de la vie sociale et ça, c’est très important…j'accepte le pardon que vous demandez pour tous les actes de jeunesse que vous avez posés tout au long de l'existence de la Fesci jusqu'à la relève par les nouveaux Fescistes... vous êtes pardonnés au nom du peuple ivoirien, puisque je parle de paix et de réconciliation. La paix et de réconciliation que je continue de poursuivre. ‘’
L’Una-Fesci veut justement apporter sa contribution aux immenses efforts du président du Pdci-Rda pour rassembler les Ivoiriensà travers une nouvelle plateforme, plus inclusive. ‘’Notre Union souhaite contribuer à la réconciliation des Ivoiriens et à la consolidation de la cohésion sociale à vos côtés, car vous êtes une icône dans ce pays. Votre disponibilité et votre grande humilité n’ont jamais fait défaut. Merci Monsieur le Président d’être un bon père pour nous’’, a soutenu Ahipeaud.

Quelques ‘’exploits de la Fesci depuis 1990
12 FEVRIER 1990
Une coupure d’eau et d’électricité survient à la cité universitaire de Yopougon et dure trois jours. C’est le prétexte tout trouvé par les étudiants, pour descendre dans les rues et dresser des barricades aux alentours de la cité universitaire.  La manifestation est réprimée par les forces de l’ordre. Rapidement, les autres cités universitaires entrent dans la danse.
A l’université de Cocody, des bâtiments sont saccagés par les étudiants. La tête du Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Balla Kétita, est réclamée par les manifestants. Les étudiants et les élèves réclament à leur tour, la dissolution du Mouvement des Elèves et des Etudiants de Côte d’Ivoire (MEECI), un des appendices du parti unique au pouvoir.
Le Jour N°1892 du 03/07/01 P5


 Nuit du 17 Au 18 Mai 1991
Descente punitive des forces de l’ordre à la cité universitaire de Yopougon. Plusieurs étudiants blessés, des filles violées, plusieurs portes de chambres fracassées.
Supplément Nouvel Horizon du 06/06/91

17 JUIN 1991
La FESCI organise un meeting au campus suivi d’une marche jusqu’à la cité Mermoz. Là, elle lynche à mort, l’étudiant ZEBIE Thierry, traité de loubard proche des autorités de l’Université de Cocody.
L’œil du peuple N°113 du 30/05/94


20 JUIN 1991
Le Gouvernement dissout la FESCI et engage des poursuites judiciaires contre les dirigeants de ce syndicat ; à la suite de l’assassinat de l’étudiant ZEBIE Thierry. 
L’œil du peuple N°113 du 30/05/94


 28 JANVIER 1992
Les résultats de la Commission d’enquête, mise sur pied après les évènements du 17 mai 1991, à la cité  universitaire de Yopougon révèlent que «  Des jeunes filles ont été violées par les bérets  rouge dans la chambre de leur camarade étudiante tandis qu’une  femme subissait le même sort en public cette fois, non loin du parking de Yopougon. Les étudiants ont fait l’objet d’un traitement barbare consistant à laper le sang de leurs camarades blessés à la tête. Des étudiants ont été contraints  d’exposer leur sexe au regard de leurs  camarades étudiants. Des étudiants, essentiellement, des manifestants, au nombre de cent cinquante cinq (155) ont été interpellés et conduits au camp Galliéni et à Akouédo où après vérification d’identité, ils ont été relâchés le samedi 18 mai 1991.
Spécial le Nouvel Horizon N°72 du 1er/02/92 P2


 13 FEVRIER 1992
Martial Joseph AHIPEAUD, Secrétaire Général de la FESCI, est arrêté à Marcory, par des hommes en armes, avant d’être incarcéré pendant six mois, à la prison civile de Dimbokro.
La Voie N°263 du 05/08/92 P4
L’Aurore N°040 du 26/04/00 P3


 02 DECEMBRE 1995
Les étudiants SORO Kigbafori Guillaume (licence d’anglais), DAMANA Adia (licence Droit public), BOSSINAN Marius (5è année de médecine), Sai DION Maya (Fast), BLE Charles (Flash), GOGOUA Armand (Pharmacie), GOHI Drigoné Faustin (Criminologie), membres de la FESCI, un syndicat estudiantin dissous par le Gouvernement, détenus à l’école de police, sont libérés.
Fraternité Matin du 04/12/95 P5

 23 JUIN 1997
Le meeting de la FESCI, qui devrait permettre à son secrétaire général,  SORO Guillaume, de rendre compte de la rencontre que les étudiants ont eu récemment avec le président Henri Konan BEDIE, n’a pu se tenir. Il a été dispersé sans ménagement, par les forces de l’ordre. On déplore de nombreux blessés. 
La Voie N° 1646 du 24/06/ 97 P2


 13 AVRIL 1999
Mme HAMDAM, enseignante à l’UFR Biosciences de l’Université de Cocody, est sauvagement agressé par des étudiants de la FESCI.
Le Matin N°029 du 10/05/99 P9


23 AVRIL 1999
Des étudiants de la FESCI et ceux de l’UNESCI s’affrontent avec des gourdins, couteaux, machettes et autres barres de fer, au Lycée Technique d’Abidjan. On dénombre plusieurs blessés graves.
Le Matin N°019 du 26/04/99 P9


27 AVRIL  1999
Le Conseil de l’Université décide l’interdiction des meetings sur le campus et sollicite la présence des forces de l’ordre sur celui-ci à titre exceptionnel.
Le Matin N°024 du 03/05/ P9


12 MARS 2000
La guerre entre clans rivaux de la FESCI, menée entre Blé GOUDE et SORO Guillaume fait rage. A la suite de graves incidents survenus à la cité universitaire de Port-Bouet 3, sept éléments d’un groupe d’étudiants sont gardés au camp militaire d’Akouédo pour coups et blessures.
Aux dires du N°2 de Blé GOUDE, « à l’aide de machettes, de haches, de houes et de barres de fer, ces individus ont fracturé les portes et se sont mis à taillader les étudiants. »
L’Aurore N°051 du 15/05/00 P4

 18 MAI 2006
Les ‘’jeunes patriotes’’, tendance DJUE Eugène, font arrêter l’opération d’audiences foraines lancées par le Gouvernement, au centre pilote de Port-Bouët pendant plus d’une heure ; malgré la présence des représentants des partis politiques, du Représentant Spécial du Secrétaire Général de l’ONU et du Chef d’Etat-major des FDS. Ils veulent vérifier l’authenticité de l’opération.
Le Nouveau Réveil N°1328 du 19/05/06 P3


 29 DECEMBRE 2010
L’artiste Antoinette Allany est prise à partie par les étudiants de la FESCI de la Riviera 2 munis d’armes à feu, de barres de fer, de gourdins et de haches.  Sa voiture est caillassée et est hors d’usage. Ces étudiants qui la traitent de rebelle, lui reprochent son soutien à M. Alassane Ouattara, élu Président de la CI le 28 novembre 2010.
Le Nouveau Réveil N°2707 du 30/12/10 P9
Le Patriote N°3357 du 30/12/10 P12

Jean Michael