Sidebar

15
Mar, Oct

Construction de la paroisse St André d’Arrah/Le maire et son époux offrent 10 tonnes de ciment

Société
Typographie

Un somptueux tableau a été offert au couple N’guessan. 


En l’absence de son époux, parrain, Kouamé Badou Harlette épouse N’guessan, maire de la commune d’Arrah, a pris, le samedi 11 mai 2019, part à l’esplanade de l’institution de formation et d’éducation féminine (IFEF), à la fête de charité de la quasi-paroisse Saint André. A cette occasion, l’Abbé Kanga Ehouman Darius, curé de la paroisse, a rappelé aux fidèles que la fête de charité célébrée se veut une action de grâce en l’honneur de Dieu. A l’en croire, cette fête de réjouissance met fin aux épreuves de l’esclavage, de l’oppression douloureuse et humiliante que le peuple d’Israël a vécus en Egypte. Et d’ajouter qu’elle ouvre le temps de la liberté, de l’indépendance et de l’autonomie du peuple de Dieu. Selon lui, libéré de toute forme de pression, le peuple d’Israël est heureux d’occuper sa terre, de la cultiver, de produire sa propre nourriture et de consommer les fruits de sa récolte. En signe de reconnaissance à Dieu, dira t-il, Israël récolte les premiers fruits de son travail.

C’est le don du peuple d’Israël à Dieu, fera t-il remarquer, qui a donné naissance à la liturgie de la pentecôte célébrée 50 jours après la pâque juive dans le temple de Jérusalem. Il a fait savoir qu’au cours de cette fête, tous les fils d’Israël, disséminés dans tous les pays, convergent vers Jérusalem les bras chargés de cadeaux qu’ils offrent gracieusement à Dieu. l’Abbé Kanga Ehouman Darius  a fait observer que ceux qui bâtissent ou aident à bâtir une église sont des artisans de paix, d’unité. Avant d’exhorter les fidèles et de les inviter à faire en sorte que la quasi-paroisse Saint André voit le jour. Après quoi, ils se sont succédé pour faire des dons. Le maire et son époux ont offert 10 tonnes de ciment pour la construction de la future paroisse. Cette fête de charité animée par la chorale Sainte Cécile de Bongouanou et la fanfare de l’église catholique d’Assiè-Koumassi, a été meublée de quêtes, de la prise de communion et de la vente de charité. Notons que la quasi-paroisse a offert un somptueux tableau au couple N’guessan. 

Ahou Valérie