07
Sam, Déc

Société

Les nombreuses commerçantes de la commune sont contraintes de vendre dans les rues, les maisons, sur des caniveaux aux odeurs nauséabondes, avec leur corollaire de maladies.


Les femmes des marchés de Yamoussoukro en général et celles du quartier 220 logements en particulier, se mettent à rêver de nouveau d’un marché moderne et digne, à l’image de la capitale politique et administrative de la Côte d’Ivoire.
Kouakou Gnrangbé Jean, maire de cette commune, située à 240 km d’Abidjan (capitale économique du pays), a posé, vendredi 30 août 2018, la 1ère pierre du futur marché moderne de N’zuessy. Faisant l’historique de ce marché qui tarde à voir le jour, le 1er magistrat de la commune a informé que l’idée de la construction dudit marché date des années 1982-1983, de l’ère du 1er maire Kouadio Martin. Depuis, déplore-t-il, toutes les tentatives n’ont pas connu de succès ; surtout la dernière, alors que les travaux avaient pourtant démarré. C’est donc pour soulager les nombreuses vendeuses de la commune, contraintes de vendre dans les rues, les maisons, sur des caniveaux aux odeurs nauséabondes, avec leur corollaire de maladies ; comme l’a souligné Mme Christine N’guessan, de la Fédération des Commerçants de Côte d’Ivoire (Fenacci), que Gnrangbé Jean a pris l’engagement d’aller, cette fois, jusqu’au bout, en vue de la réalisation effective du projet. Surtout qu’à l’en croire, le marché Mo Faitai est devenu exiguë et que celui du quartier Habitat date de plus de cinquante ans.

C’est pourquoi Akablé, responsable de l’entreprise du Groupe Gmc, maître d’œuvre du projet, a pris l’engagement devant tous, de tenir dans un délai maximum de 14 mois, pour un coût global d’un milliard cinq cents millions (1 500 000 000) de Fcfa. Dans un 1er temps, a-t-il déclaré, le marché devrait pouvoir loger 1624 places, puis, avec l’extension, 3200 dans une seconde phase.
Ismaël Doumbia, président local du Fenacci, a salué ce projet ‘’attendu depuis longtemps’’ par les commerçants de la cité de la paix ; ajoutant que c’est avec désolation qu’il assiste, chaque fois, au déguerpissement des commerçants installés sur les trottoirs, faute de marché dans les quartiers. Avant d’insister sur le fait qu’il soit réalisé dans le temps pour soulager les nombreux commerçants de Yamoussoukro qui attendent depuis bien d’années.

Le maire de la commune a demandé que les commerçantes qui ont effectué le déplacement pour cette cérémonie, soient, séance tenante, recensées et qu’elles soient privilégiées dans l’attribution des places et non des commerçants venus d’ailleurs ; principalement d’Abidjan, comme l’a vu ailleurs.
La coupure du ruban symbolique et la pose de la 1ère pierre du nouveau marché de N’zuessy, a mis fin à la cérémonie.

Sylvie Koné