16
Lun, Déc

Sport

Selon le cahier de charges, Sogea- Satom est chargé de construire un stade de 20.000 places et d’aménager 04 terrains d’entraînements dont l’INPHB, l’INSET, l’ENSTP dans la capitale politique, Yamoussoukro.


Une signature de convention de marché entre le Ministère des Sports et des Loisirs et le Groupement français Sogeoa-Satom, a eu lieu jeudi 01 mars dernier au Cabinet dudit ministère en présence du Ministre des Sports et des Loisirs, François Albert Amichia et SEM. Gilles Huberson, Ambassadeur de France en Côte d’Ivoire.
Depuis jeudi dernier, le nom du premier opérateur choisi pour construire des infrastructures sportives entrant dans le cadre de l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations 2021 est connu. Il s’agit du groupement français Sogea- Satom. La signature de convention de marché a eu lieu au Cabinet dudit Ministère en présence du Ministre François Albert Amichia et de Gilles Huberson.

En lice, les lots n°2 et n° 4 situés respectivement à Korhogo et à Yamoussoukro. Lots remportés par la société China Civil Engineering Construction Corporation Côte d’Ivoire (CNBM). Mais selon une disposition du dossier d’appel d’offres qui stipule que : « la Commission se réserve le droit de ne pas attribuer plus d’un lot à une entreprise », la Commission spéciale d’Ouverture des Plis et de Jugement des Offres (COJO) présidée par M Moumouni Sylla, par ailleurs Directeur de Cabinet du Ministre des Sports et des Loisirs, a logiquement attribué le lot n° 4 à Sogea-Satom qui est arrivé deuxième.  Choix confirmés le 27 décembre 2017 par la Direction des Marchés Publics, qui a donné son accord à la COJO pour ouvrir les négociations avec les entreprises ayant rempli toutes les conditions.

Discussions qui ont débouché sur la signature d’une convention le 16 février dernier. Selon le cahier de charges, Sogea- Satom est chargé de construire un stade de vingt mille (20.000) places et aménagé quatre (4) terrains d’entraînements dont l’INPHB, l’INSET, l’ENSTP dans la capitale politique, Yamoussoukro. Pour le Président de la COJO, Moumouni Sylla, ce qui a milité en faveur de celui-ci : « c’est la qualité du dossier technique qui a concouru à lui assurer la 2ème place (…). Le groupement d’entreprise Sogea-Satom étant arrivé 2ème, la Commission a jugé utile de lui attribuer le lot n° 4 étant précisé que CNBM ne pouvait pas avoir deux lots à elle seule ». 

Pour le patron de la maison Sogea-Satom, Stéphane Muth, « ce n’est que le début d’une belle histoire. Comme vous l’avez dit, nous avons eu de nombreuses séances de travail qui ont été conviviales et se sont déroulées dans un bon esprit. Mon souhait est simple : c’est que cette collaboration continue.  Aujourd’hui, on a un projet magnifique qui est à construire. On a fait une équipe d’entreprises pour amener des compétences. Comme vous le savez, les entreprises françaises font travailler énormément d’entreprises et de collaborateurs ivoiriens. On est tous installés ici, on est Ivoiriens. On est parti pour des années de travaux pour livrer un stade et un programme à la hauteur de l’évènement. Et, je suis très honoré que vous me confiez ce projet. De même, j’ai bien noté que ce challenge est important et on sera présents».

Quant à SEM. Gilles Huberson, Ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, il s’est dit satisfait et fier en plus de la joie qui est la sienne : « Je suis très, très heureux pour au moins deux raisons. La première, vous l’avez compris, lorsqu’on choisit une entreprise française, on choisit souvent bien plus que lorsqu’on choisit une autre entreprise étrangère.  On choisit l’emploi uniquement ; l’emploi des Ivoiriens. Et cela pour deux raisons fondamentales : primo, c’est que nos entreprises sont complètement intégrées. Le pourcentage des Français dans les entreprises qui sont installées ici en Côte d’Ivoire est inférieur à 5%.  95% de l’ensemble de nos entreprises, ce sont des emplois ivoiriens. Secundo, c’est un appel systématique à la sous-traitance ivoirienne. (…) Je suis très fier que ce soit ce groupement parce que je connais chacune de ces entreprises. Et, vous avez choisi ce qui se fait de mieux en France ».

SEM Gilles Huberson, a également fait la promesse au Ministre des Sports et des Loisirs de s’engager personnellement dans la réalisation de ce projet extrêmement important pour l’Etat de Côte d’Ivoire. « Ils le savent : Je vais les contrôler dans leur travail et si ce n’est pas bien fait, ce sera refait jusqu’à ce que ce soit bien fait. Mais, je suis sûr que le travail sera très, très bien fait. On voit l’enthousiasme avec lequel l’entreprise commence le travail. Non seulement, on s’y engage mais avec mes équipes, on contrôlera tout. Monsieur le Ministre, nous nous y engageons. Choisir des entreprises françaises mariées à des entreprises ivoiriennes, c’est l’assurance de la qualité. Notre présence dans ce pays va-delà car basée également sur les liens fraternels qui unissent nos deux pays. Merci pour ce choix, on est immensément fiers. Nous en sommes dignes ».

Le Ministre des Sports et des Loisirs, François Albert Amichia, a lui aussi salué la présence de Son Excellence Gilles Huberson à cette signature de convention de marché. « Je voudrais dire ma joie de voir les membres de Sogea-Satom pour la première fois. Je m’étais interdit de les rencontrer durant les négociations et tout le travail qui devait être fait. Je suis donc très heureux de les voir aujourd’hui et je voudrais féliciter les membres de la COJO pour le travail qui a été fait. Ce n’était pas évident au départ pour des raisons de calendrier » a-t- il souligné.
Parce que cette CAN 2021, est très importante aux yeux du Chef de l’Etat, SE Alassane Ouattara qui estime que : «la Côte d’Ivoire doit être leader dans tous les domaines où elle s’engage », le pays de l’Eburnie se doit de rééditer l’exploit des Jeux de la Francophonie dont l’organisation a été saluée par tous et reconnue comme étant la meilleure depuis la création de ces jeux.

« Nous devons faire la meilleure CAN que la CAF ait connue à l’instar des Jeux de la Francophonie dont la qualité de l’organisation a été reconnue par tous et en premier lieu par la Secrétaire Générale. C’est pourquoi, j’ai mis beaucoup de pression sur la COJO pour que nous puissions respecter les délais. Ayant assisté à la CAN 2017 au Gabon, je ne voulais pas revivre ce que nous avons vécu là-bas. Je voulais que la Côte d’Ivoire soit prête et pour cela, il faut respecter les délais. Nous avons l’impression que 2021 est loin. Mais quand on veut des travaux de qualité, on doit s’y prendre tôt ».

Par ailleurs, il a reconnu à juste titre et loué les efforts et les sacrifices financiers importants consentis par le groupement Sogea-Satom, qui ont permis d’aboutir à un tel résultat. Cependant, il a tout de même prévenu qu’ «en décembre 2020, nous devrions être en possession de nos stades afin que nous puissions les essayer, les mettre à la disposition des utilisateurs pour relever les éventuelles corrections à faire. Mais je ne doute pas vu votre technicité, votre expertise, votre compétence que c’est un stade totalement bien fini qui nous sera livré à la date prévue ».
Rappelons que notre pays a été désigné pour organiser la Coupe d’Afrique des Nations par la Confédération Africaine de Football (CAF), le 14 septembre 2009 à Addis-Abeba.

Chanel DION